SantéLe sevrage tabagique peut être terrible !!!

Espace réservé aux sujets concernant la santé.
Règles du forum
IMPORTANT !!!


Ceci est un forum public, lieu d'échanges et de soutien. Les points de vue ou conseils qui y sont exprimés n'engagent que leurs auteurs et ne peuvent en aucun cas se substituer aux avis des professionnels de la santé. et nous vous invitons à toujours consulter un professionnel de la santé pour tout renseignement spécifique concernant une question de santé personnelle. Ne faites pas de demande de diagnostic, ni d'avis medical. Servez-vous de ce lieu pour parler de vos expériences, mais pas pour une prescription. Les échanges que vous lirez ne peuvent pas être considérés comme des avis médicaux.
Répondre
Avatar du membre
Amanda
Hypérion
Hypérion
Messages : 4955
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011, 19:15
Ecigarette (s) utilisée (s) : E-Power
Mako Maksi
Vmod
Joker VV
Genre : Femme
Contact :

Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par Amanda » jeu. 8 déc. 2011, 18:36

Coucou ;)

En réponse à l'interview de Randall, aux côtés d'Imo sur la radio Arc-en-Ciel, je me permets de créer ce fil pour donner mon avis sur les propos de ce dernier.
Il est tout de même aberrant d'entendre que le sevrage tabagique ne provoque aucun effet secondaire et aucune souffrance quand la médecine elle-même affirme l'inverse.
Le tabac est une drogue; la nicotine n'est pas la seule à incriminer. Cette drogue a un impact direct sur l'organisme et le cerveau. Il est donc impossible de ne pas ressentir quelques effets de manque lorsqu'on stoppe sa consommation. Certains souffrent plus que d'autres, très certainement. Mais de là à affirmer sans détours que le sevrage tabagique est purement psychologique, il y a un raccourci improbable.

A titre personnel, j'ai énormément souffert des effets de sevrage sur des mois. Le fait d'avoir souffert à ce point m'a incitée à m'intéresser de très près à ce domaine.
Pour appuyer mes propos, voici une liste (encore partielle) de ce que l'on peut vivre durant la période de sevrage qui peut durer quelques semaines comme quelques mois, glanée ici et là sur le net.

1- Le besoin de fumer

Le cerveau s’accoutume à la dépendance chimique à la nicotine. Au moment du sevrage la baisse rapide du taux de nicotine dans le sang est perçue comme un changement anormal, et le cerveau alerte la personne en éveillant en elle de forts besoins de fumer pendant environ trois jours.
Au delà de ce délai, alors qu’il n’y a plus de nicotine dans le sang, la nicotine stockée dans la myéline des neurones laisse subsister des envies de fumer, généralement plus légères.
Dans notre cas, l'apport de nicotine par l'ecig peut annihiler ces envies irrépressibles.

2 - La sensation de vide

Les vertiges, les difficultés de concentration, la fébrilité, le sommeil perturbé, les maux de tête, la fièvre...

En fumant nous respirons plus de 300% de monoxyde de carbone et ce gaz toxique réduit dans le sang la place réservée à l’oxygène.
De par la soudaineté de l’arrêt tabagique la dissolution du monoxyde de carbone tend à déterminer un effet de suroxygénation du cerveau, comme si l’on chutait d’une hauteur de 2500 mètres...
Les maux de tête sont encore accentués par le ralentissement cardiaque des premiers jours qui fait baisser la pression sanguine dans le cerveau.

3- L’irritabilité et la colère

Des colères sans raison apparente qui démontrent bien l'impact sur le système nerveux.

4- L’anxiété

Une crainte diffuse, voire des moments de panique.
On peut aussi avoir, sans autre motif, la gorge nouée ou une sensation pénible de constriction allant de la gorge à l’estomac : c’est l’angoisse, que créent les variations chimiques.

5- La faim

Ne plus fumer modifie souvent l’appétit. Mais le corps ralentit aussi la combustion des graisses.

6- La fatigue et le manque d’énergie

L’organisme, dépourvu d’une substance agressive contre laquelle il devait sans cesse lutter, profite de ce moment de répit. On se sent exténué.

7- La constipation

Le système digestif ralentit ses fonctions.

8 - La toux

Il advient souvent que l’on tousse encore plus, juste après avoir supprimé le tabac. Les cils vibratiles étaient paralysés par la fumée.
En l’absence de fumée ils se remettent en marche et le processus de nettoyage des bronches se réactive, allant jusqu’à intensifier la toux pour accélérer le décrassage.

9- Les crampes et les douleurs musculaires

La modification chimique du liquide sanguin entraîne des réactions du système vasculaire qui peuvent se traduire par des crampes.

10- Les crises urinaires

Les émissions d’urine sont généralement plus abondantes sitôt que l’on s’abstient de fumer. Le phénomène chimique en cause est la perturbation de la production de vasopressine, une hormone qui agit sur le travail des reins.

J'ajoute à ces 10 points :

Les tracas du sevrage tabagique :

- syndrome de manque
- effets secondaires des traitements
- troubles du sommeil
- troubles digestifs
- troubles ORL et bronchiques
- prise de poids
- syndrôme dépressif
- angoisse, irritabilité, agitation
- fatigabilité, difficulté de concentration
- tension musculaire
- aphtes
- toux et expectorations
- maux de gorge, rhinites, bronchites, exacerbation de l'asthme
- constipation, ballonnements, reflux gastro-oesophagien
- syndrome anxieux et dépressif

et une étude complète :
http://docs.google.com/viewer?a=v&q=cac ... lp1Q&pli=1

J'avais précédemment créé un topic complet sur le sujet : http://www.forum-ecigarette.com/sante-f ... %20sevrage

Voilà. L'intervention de Randall à la radio était fort intéressante et a souligné de nombreux points essentiels en matière de lutte contre le tabac. Cependant, je ne peux concevoir qu'une personne si engagée dans cette lutte puisse affirmer qu'un fumeur est capable de s'abstenir de fumer en posant simplement sa cigarette.
Cela suppose le fait que les fumeurs ne soient pas drogués par les substances inhalées mais fumeur par leur seule volonté et qu'ils poursuivent leur consommation de tabac seulement par plaisir !!!
Par ailleurs, dénigrer les souffrances générées à l'arrêt du tabac, c'est aussi ne pas comprendre les motifs des nombreuses rechutes. C'est la souffrance qui ramène à la cigarette et pas le plaisir.

Généraliser à l'humanité entière parce qu'on n'a pas soi-même souffert est contre-productif.
Le sevrage tabagique peut parfois être terrible et générer des symptômes que même les médecins ne comprennent pas.
Le tabac est une drogue !

;)

Avatar du membre
michael
Hypérion
Hypérion
Messages : 3883
Enregistré le : dim. 25 sept. 2011, 19:01
Ecigarette (s) utilisée (s) : Vmax v2
Iguane
Dogalicious
Génésos
The russian

Batt ego 1000mAh X2 ;Batt ego 900mAh ;Atomiseur type B ;Atomiseur type B lr ;Dct 6ml X2 ;Cisco 1.5ohm ;Clearomizer dc ; Stardust ; Vivi nova v3 ; GP spheroid--> fini
Localisation : Pole Nord
Genre : Homme
Âge : 37

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par michael » jeu. 8 déc. 2011, 18:52

super résumé et je suis d'accord avec toi (bien que je n'ai pas eu trop d'effets négatifs) ;
Image

Dépenses Ecig : 1733€
the con has this peculiarity: it is always to be happy and happiness is proportional to the stupidity

Avatar du membre
biboulon
Cyprès
Cyprès
Messages : 144
Enregistré le : jeu. 27 oct. 2011, 20:03
Ecigarette (s) utilisée (s) : KR808D-1 Joye Stick V3 EGO T
Localisation : PARIS 20eme
Genre : Femme
Âge : 49

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par biboulon » jeu. 8 déc. 2011, 18:54

Bonsoir,
Moi aussi j'ai bondi sur mon siège quand j'ai entendu ce passage. Je n'ai plus prix le risque arrêter de fumer sans aide après une dépression à l'age de 16 ans, suite à un arrêt brutal de la clope. C'est ma mère qui pourtant est non fumeuse et infirmière qui est allé m'acheter des cigarettes quand elle à compris que mon problème venait de là. Alors comme toi je suis stupéfaite d'entendre cela !

j'ai aussi entendu aussi dans cette émission qu'il n'y avait pas de dépendance à la nicotine...Pourtant les patchs, les premiers jours ça marche, enfin cela à marché sur moi, le problème c'est le geste du fumeur qui manque aussi rapidement. Mais on ne peux pas dire que la nicotine ne créé pas de dépendance, sinon je vapoterais sans nicotine depuis longtemps...Je ne pense pas que ce soit juste le hit qui justifie le besoin de nicotine dans le e-liquide, mais ce n'est que mon avis !
Image

Avatar du membre
marcmm
Cyprès
Cyprès
Messages : 181
Enregistré le : mar. 13 sept. 2011, 00:35
Ecigarette (s) utilisée (s) : Darwin + Carto DC = le pied:)
Ego + Clearo = ma pref sur eGo
Localisation : Orléans
Genre : Homme
Âge : 44

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par marcmm » jeu. 8 déc. 2011, 18:56

C'est clair, "on" aurait du rebondir dessus, mais c'est passé tellement vite qu'on en a parlé qu'une fois l'émission terminée... J'ai mis "on" entre guillements car pour moi aligner 3 mots a déjà été terrrrible !! :lol:
Image

Avatar du membre
GunAddict
Sapin
Sapin
Messages : 344
Enregistré le : mer. 2 nov. 2011, 14:48
Ecigarette (s) utilisée (s) : ░░
○ ○ ○ ○ ○
Provari
○ ○ ○ ○ ○
CE2
○ ○ ○ ○ ○
En ce moment :
DIY, PSV, Vap-Cocktails
Localisation : Noisy le Grand
Genre : Homme
Âge : 38

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par GunAddict » jeu. 8 déc. 2011, 18:57

Fil très intéressant et informatif. Il est clairement établi qu'un arrêt du tabac n'est pas un geste anodin. Il n'est pas exempt de difficultés et les répercussions sur le corps sont bien réelles, qu'elles soient psychologiques ou physiques.

Je tiens tout de même à relativiser tous ces symptômes décrits admirablement bien par Amanda. ;)
A la lecture de l'article, un fumeur voulant arrêter de fumer peut être freiner dans sa démarche. Il peut donc se sentir décourager en lisant cette liste, et abandonner l'idée d'arrêter. Donc méfiance à la dramatisation du sevrage. Il serait donc bon ton d'équilibrer le sujet en listant les bienfaits d'un arrêt du tabac, et insister sur le fait que le sevrage n'est pas quelque chose d'insurmontable non plus.

Je dis ça en tout bien tout honneur, je reconnais la qualité informative d'un tel sujet, mais à relativiser tout de même, car chaque individu réagira différemment, suivant sa consommation de cigarette, sur sa fragilité physique ou psychologique. Certains n'auront que très peu de symptômes, d'autres réagiront mal au sevrage, et ces derniers pourraient avoir besoin d'un suivi et d'une aide médicale.

Bref, il manque l'antithèse tout de même. ;)
Image

Avatar du membre
Amanda
Hypérion
Hypérion
Messages : 4955
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011, 19:15
Ecigarette (s) utilisée (s) : E-Power
Mako Maksi
Vmod
Joker VV
Genre : Femme
Contact :

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par Amanda » jeu. 8 déc. 2011, 19:08

Tu as raison, Gunaddict. Il manque l'anti-thèse, la voici :
Avantages immédiats et à moyen terme

Après 20 minutes:

• Baisse de la pression sanguine et du rythme cardiaque à un niveau normal

• Hausse de la température des extrémités à un niveau normal

Après 8 heures:

• Baisse du monoxyde de carbone sanguin au taux normal

• Hausse de l’oxygène sanguin au taux normal

Après 24 heures:

• Début de la baisse de probabilité d’accident cardiaque

Après 48 heures:

• Repousse des terminaisons nerveuses

• Début de l’amélioration du goût et de l’odorat

Après 2 semaines à 3 mois:

• Amélioration de la circulation

• Plus grande facilité de marche

• Amélioration de la fonction pulmonaire (jusqu’à +30%)

“Je ne suis plus hors d’haleine en montant les escaliers.”

“Je n’ai plus besoin de me racler constamment la gorge.”

Après 1 à 9 mois:

• Diminution de la toux, de la congestion des sinus, de la fatigue et du souffle court

• Repousse des cils pulmonaires (minuscules cheveux) qui permettent d’évacuer le mucus,
de nettoyer les poumons et de réduire les infections

“J’ai bien moins d’arrêts de travail: j’attrape moins souvent froid, j’ai moins de maux de gorge”

“Quel soulagement, de ne plus être abruti par ces maux de tête”

“Incroyable, ce que je me concentre mieux”

Après 1 an:

• Le risque d’artérite coronarienne est divisé par deux par rapport à un fumeur

“Je n’ai plus peur, le matin, de ce poids dans la poitrine”

Après 5 ans:

• Le taux de mortalité par cancer du poumon est diminué de moitié

• Le risque d’accident cardiovasculaire est celui d’un non-fumeur

• Le risque de cancers de la bouche, de la gorge, de l’oesophage, de la prostate, du rein et du pancréas diminue.

En outre, si vous souffrez d’une maladie chronique telle que le diabète, l’asthme ou l’insuffisance rénale, arrêter de fumer peut améliorer votre état de santé de façon spectaculaire.
http://info-tabac.lu/index.php/tabac_stop/avantages/

J'en suis à 9 mois d'arrêt total. Le sevrage a été certes rude... mais je ne regrette absolument rien !!! ;)

Avatar du membre
ytsh
Douglas
Douglas
Messages : 1934
Enregistré le : lun. 22 août 2011, 14:57
Localisation : nice
Genre : Homme
Âge : 57

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par ytsh » jeu. 8 déc. 2011, 19:13

bah, Amanda, il s'en trouvera toujours qui te diront que pour arreter la drogue, il faut poser la seringue, pour lutter contre l'obésité, poser la fourchette , contre l'alcoolisme le verre etc etc
N'importe quel addictologue te dira que la cigarette est une addiction qui par le pur coté de la puissance addictive est plus forte que l'héroine ...
"Tant qu'il ya aura des ohms..."

takinni
Membre Déchu
Membre Déchu
Messages : 560
Enregistré le : jeu. 22 sept. 2011, 13:43
Genre : Femme

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par takinni » jeu. 8 déc. 2011, 19:17

Oui le sevrage peut etre dur pour certains, et c'est vrai qu'a premiere vue cette liste peut sembler etre un peu decourageante pour un fumeur qui envisage d'arreter, cependant, si on s'amuse a faire la liste de tous les "symptomes" de la consommation de tabac ya pas photo!(pour ma part: mal aux poumons des que je respirais a fond,toux le matin et parfois meme tout au long de la journee,essoufflement, accelerations cardiaques, problemes de peau, maux de gorge reccurents, haleine de cendrier,culpabilite de fumer....et j'en passe). Et des les premiers jours , on commence a sentir les benefices de l'arret, ca aide a subir les desagrements du sevrage je trouve, d'autant plus qu'on sait que ca n'est que provisoire. J'ai ete bien contente de lire les articles d'Amanda sur le forum sante dans mes 1ers jours de sevrage, ca m'a aide a comprendre a quoi ces symptomes etaient dus, et m'a permis de ne pas accuser injustement la e-cig de ces "effets secondaires"

Avatar du membre
Randall
Douglas
Douglas
Messages : 1013
Enregistré le : lun. 13 sept. 2010, 19:15
Ecigarette (s) utilisée (s) : iStick Eleaf, Aspire
Localisation : PARIS
Genre : Homme
Contact :

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par Randall » jeu. 8 déc. 2011, 20:39

Ici Randall,

En debriefing avec Brice, effectivement j'ai appris que mes propos ont choqué. Il faudra les réécouter. Il me semble avoir seulement dit qu'avoir envie de fumer, ça ne fait MAL nulle part. Quand je pose la question "Où précisément vous avez mal quand vous avez envie d'en griller une petite", les têtes des fumeurs se baissent.

Je lui ai aussi confié que quand on se lève le matin, la nicotine de la veille a été métabolisée, on est sevré et on n'a pas mal non plus. Et avoir envie de fumer, cela ne réveille pas la nuit - je veux dire systématiquement. Être en "manque" de nicotine ne crée aucune DOULEUR. Aucune douleur physique. On veut vous faire croire qu'il y en a pour vous vendre des palliatifs à quelque chose qui ne fait mal nulle part ! Le marketing crée le besoin.

Maintenant, il convient de faire le distinguo entre douleur et "souffrance". Être en manque, c'est une souffrance, mais le tabac a ceci de particulier (par rapport à l'alcool ou aux opiacés par ex.) que cette souffrance est purement mentale. La souffrance, c'est l'idée que l'on se fait de ce que l'on ressent. Et alors la solution est elle aussi purement mentale, et c'est ce que je préconise. Plus de 90 % des fumeurs cessent de fumer sans aide, juste avec un mental bien tourné. J'ai envie de fumer ? Cool, c'est juste une envie, un signal (comme une envie d'aller uriner par ex.), ça passe, et le "besoin" finit par passer complètement au terme de trois semaines. Je parle des envies liées à la tolérance (accoutumance) à fumer. Le corps s'y est habitué, et il réclame sa dose. Les envies après sont liées à l'environnement, comme quand je passe devant une belle pâtisserie et ai "envie" d'un gâteau : ce n'est pas la faim, ce n'est pas un besoin physique, juste une pensée de plaisir potentiel. Et la pensée que l'on a d'un plaisir potentiel, on nomme cela DÉSIR en psychologie. Le désir, c'est dans la tête que ça se passe, et dans les parties supérieures du cortex notamment. Se refuser un désir peut être frustrant, mais on n'a pas mal non plus. Bien sûr, chasser ses envies peut créer des obsessions douloureuses, néfastes. La solution est d'accepter l'envie, ne pas la chasser. Bon, là je rentre trop dans les détails, c'est pour donner une piste de solution que je dis ça...

Dans cette émission, je voulais relativiser les propos commerciaux des vendeurs de gri-gris, dont les médecins se font - aussi - les complices. Désolé, mais les substances gri-gris, placebo ou pas, pas sûr que ça aide pour s'affranchir de la dépendance. J'ai encore deux articles en préparation qui montrent, sur la base d'études sérieuses, qu'on nous cache bien sûr, que les patchs et autres gommes, sans accompagnement, ça n'améliore pas ses chances. La nicotine pharmaceutique n'est PAS une aide si l'on vise l'arrêt durable. Je les interdis à mes clients, cela ne fait que rendre les choses plus compliquées (dit Allen Carr), plus longues, et ne résolvent pas la question essentielle de la rechute à terme. Une fois ceci dit, on pouvait parler raisonnablement de la cigarette électronique ensuite, ce qui m'allait bien.

Pour se libérer de sa dépendance, il n'y a à ma connaissance qu'un seul moyen efficace : savoir faire face à une envie. Cela résulte d'un apprentissage (dixit Molimard), ou de manipulation mentale comme l'hypnose le permet par exemple.

Ceci dit, je comprends que les vapoteurs sont aussi des gens ayant échoué à se libérer de leur habitude qu'ils savent nocive. S'il n'y a jamais douleur, il y a quand même pas mal de fumeurs qui éprouvent des syndromes de sevrage assez sévères. Beaucoup, beaucoup trop à mon avis, résultent de la peur que l'on a de vivre un supplice. La peur a de grands yeux et finit par créer les troubles, de vrais troubles, qui sont évitables avec le bon état d'esprit. Enfin, il y a quelques cas compliqués qui nécessitent le recours à un professionnel de santé ou un psychothérapeute, pour traiter un phénomène qui inhibe la capacité à cesser de fumer (ou de vapoter d'ailleurs). Là je ne suis pas compétent. Dans certains cas, des traitements médicaux peuvent être la solution. Ça peut être très long, et très onéreux...

Je suis favorable à l'usage de la cigarette électronique, car elle permet une transition vers une 'habitude' moins nocive, pour toutes ces personnes en situation de risque sanitaire. Je suis favorable à la cigarette électronique pour les malades, du poumon, de la tête, etc. C'est une vraie option de réduction du risque. Mais alors, on peut passer d'une dépendance dangereuse à une dépendance 'light', supportable : il y a une équation de risque à résoudre. Adopter la e-cig en abandonnant l'option de libération de la dépendance, ou faire l'effort, c'en est un quand on s'y prend mal ou qu'on ne sait pas faire, de se doter les moyens de faire face aux envies sans recours à une béquille. Cette béquille n'aide qu'au début, après il faut se la coltiner, c'est comme les bâtons de marche en montagne : personnellement je préfère m'en passer, ça m'encombre. Mais je ne jette pas la pierre à ceux qui s'en servent (précisons que je suis à l'occasion instructeur de marche nordique, et que je n'ai rien contre les bâtons alors). Mais la cigarette électronique mime tellement bien la fumée de tabac que l'on peut finir par penser - aussi - que c'est indispensable pour juste vivre.

En résumé, ne pas confondre :
* besoin (au début) et désir - durable - de fumer,
* douleur inexistante et souffrance (deuil d'une habitude ancrée)
* pensée à la cigarette et effets secondaires du sevrage

En 10 minutes à la radio, il faut faire court, très court. On pourra volontiers en reparler.
On ne combat pas un désir avec une interdiction.

Avatar du membre
Amanda
Hypérion
Hypérion
Messages : 4955
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011, 19:15
Ecigarette (s) utilisée (s) : E-Power
Mako Maksi
Vmod
Joker VV
Genre : Femme
Contact :

Re: Le sevrage tabagique peut être terrible !!!

Message par Amanda » jeu. 8 déc. 2011, 21:26

Merci de votre réponse ;)

Il s'avère cependant que nous ne sommes en aucun cas sur la même longueur d'ondes.
Si vous appliquez la méthode Carr que je connais parfaitement, vous responsabilisez les fumeurs dans leur acte de fumer et les rendez maîtres de leur addiction.
Cette méthode ne fait pas non plus ses preuves, en insistant un peu trop sur l'aspect psychologique du tabagisme. Le "petit monstre" qui creuse l'estomac du fumeur n'est pas suffisant pour l'empêcher de s'allumer une cigarette créée pour générer un état de manque, vous le savez bien !

Cependant, vos propos à la radio n'étaient pas ce que vous énoncez ici. Vous avez clairement fait allusion au fait que le sevrage était purement psychologique.
Le tabac est une drogue invasive. Elle affecte les organes et pas seulement le cerveau.
Là où vous évoquez l'envie et le plaisir, je réplique par la "désintoxication".
Vous faites un amalgame dangereux entre le désir ou l'envie de fumer et les effets secondaires de l'arrêt du tabac lorsque le fumeur décide d'en finir avec cette addiction.
Vous êtes, tout comme Allen Carr, dans le déni de l'addiction.

Toujours est-il que le sevrage tabagique n'a absolument rien à voir avec l'aspect psychologique. Il s'agit d'une période de transition qui entame un processus de désintoxication et qui déstabilise l'organisme pendant quelques temps. Le temps qu'il retrouve un fonctionnement "normal", non alteré par une substance étrangère.

Dans le cas d'un sevrage effectué via la cigarette électronique, la nicotine apportée par les e-liquides va quelque peu tempérer certains symptômes. Mais ce n'est pas la nicotine qui va combler une addiction à plus de 4000 substances contenues dans une cigarette savamment étudiée pour générer une accoutumance. De la même façon, ce n'est pas la nicotine apportée par les patchs ou tout autre substitut nicotinique pharmaceutique qui pourra compenser un déséquilibre soudain créé par l'arrêt du tabac.
La nicotine n'est pas la seule addiction du fumeur. Il s'agit d'une légende... Chaque substance contenue dans une cigarette a sa raison d'être, calculée pour accroître l'addiction...

Je suis d'autant plus choquée par vos propos que la souffrance endurée durant plusieurs mois pendant le sevrage tabagique n'avait rien de psychologique. Elle était bien réelle et correspondait seulement à une désintoxication de mon organisme. Et pour l'avoir vécue avec une intensité particulière, je peux vous répondre que la méthode Allen Carr n'a absolument rien à voir avec le fonctionnement d'une addiction profonde. C'est un peu léger tout de même de penser que le fait de se détourner d'une idée va guérir un état de dépendance. C'est comme demander à un alcoolique de poser son verre pour cesser de boire en lui expliquant que le "petit monstre" va se noyer dans sa boisson s'il n'y touche pas...

Je suis désolée mais vous semblez confondre les motivations du fumeur dans sa décision d'arrêt et le sevrage tabagique entamé et effectif. Et là, nous ne parlons plus de la même chose... Pour certains, la souffrance est bel et bien réelle et peut se prolonger des mois. Et ce n'est pas une question de fragilité mais plutôt un degré d'intoxication. Le sevrage tabagique a une influence sur chaque organe. Ce n'est pas un état d'esprit et encore moins un deuil... seulement une désintox.

Répondre

Retourner vers « Santé »